16/07/2009

AH ! S'IL SUFFISAIT DE VOULOIR...!

Quand on connaît la signification du mot râteau (test pour voir si vous suivez...), quand on connaît les ravages qu'il peut faire tant du côté de l'ego que de la confiance en soi, on comprend mieux pourquoi on se prend à hésiter, à tournicoter, à bafouiller, à velléiter (çui-là, je viens de l'inventionner !).

Quand on a pris quelques paires de baffes - morales - au cours des dernières années, qu'elles aient été méritées ou non, on se prend à fixer la pointe de ses chaussures plutôt qu'à tendre les bras...

Quand on se rend compte qu'on est bien auprès d'une personne, quand on s'aperçoit qu'il existe une certaine connivence, une réelle complicité, une joie partagée, un plaisir commun de la découverte et qu'on n'ose pas le lui dire... peur du râteau et/ou de la paire de baffes, on se dit qu'on est sur le chemin pour devenir un vieux rat bougri, juste bon à gâtifier devant son petit-fils, mais plus du tout capable d'oser...

Vous me direz que si la personne en question a deux sous de savoir-vivre et une once de convivialité, je ne risque qu'une seule chose: une main posée sur l'avant-bras et des yeux qui me disent "je préfère qu'on reste amis"... Oui,... vous avez sans doute raison...

Faudrait bien que je franchisse le pas... Que j'ose... Que je fasse abstraction de mes peurs...

Je le ferai... Je vais le faire... Je vais essayer de le faire... Là ! Tout de suite, euh ! Non, il est tard, je le ferai demain ! Ou, dans le courant du week-end, ou la semaine prochaine, ou... Mais certainement avant la Saint-Glinglin... Avec le risque qu'entretemps, si elle était prête à me confier sa main, elle se soit éloignée, déçue par une si longue attente et s'en soit allée en se disant que ce gars, décidément, c'est le roi des couillons !

Bon ! C'est décidé ! Demain, ou dans le courant du week-end, ou la semaine prochaine, ou... avant de partir en Ardèche, ou plutôt, quand je reviendrai... Ou...

21:20 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

oui oui, on suit! le râteau qui blesse beaucoup plus que le rateau qui va avec la pelle. malheureusement et je ne sais pourquoi, ce sont les hommes qui se les prennent en pleine tronche. les femmes sont là à minauder et à attendre justement ce fameux geste, cette main posée... enfin pas toutes.
quoi qu'il en soit, que ce soit elle ou toi, j'espère que, comme dirait Michel Blanc, cette fois tu vas conclure. bon, peut être pas dans le sens où lui l'entend non plus hein, faut pas se jeter sur la bête, on a passé l'âge! mais....
encore une semaine de vacances mais cette fois je pars en vadrouille et en famille, plus l'occasion de passer donc!
je t'embrasse, à la semaine prochaine Gug, dés mon retour chez moi!!!!!!

Écrit par : mimi | 17/07/2009

Mon Dieu que je te comprends et pourtant je te dirai fais le ce pas, d'une manière ou d'une autre tu auras une réponse et qui sait ... et c'est ce que je te souhaite de tout coeur.

Il y a des pas parfois qui déterminent une vie. Vas selon ton coeur, c'est lui qui sait, c'est lui qui va te pousser au delà de toutes interrogations.

Et l'espace et le temps s'arrêteront.

Amitiés, Brig

Écrit par : Brigitte | 17/07/2009

J'espère que tu es en train de ronronner avec Dulcinée.
:-)

Écrit par : Aline Amball | 21/07/2009

T'es pas obligé de lui sortir le Grand Jeu tout de suite ! :) Une approche 'en douceur' me parait tout à fait appropriée ... Histoire de ne pas te prendr le râteau, la pelle et le sable !!!! Allez, hop ... lance-toi ! On ne vit qu'une fois ! Vaut mieux avoir des remords que des regrets ! Je SAIS que ce n'est pas facile ! Je te souhaite bonne m ... (et teins-nous au courant - pas des détails ... ;))))

Écrit par : L. | 23/07/2009

Les commentaires sont fermés.