16/08/2009

CHOSE PROMISE...

Vous avez pris patience... Je vous en remercie.

Car il nous faut du temps pour revenir dans la réalité... Ces moments vécus de manière si intense doivent maintenant décanter lentement, nous permettant d'en apprécier chaque parcelle, d'en tirer les enseignements, de développer ce qui en vaut la peine, de mettre sous le boisseau voire l'éteignoir ce qui n'a aucun intérêt...

Ainsi donc, le premier enseignement de Largentière c'est... que le terrain n'y est malheureusement pas plat !

la1

Pensez-donc: du bas de la ville au sommet du château, il y a davantage de déclivité que tout le Mont Saint-Aubert, près de Tournai ! Hou, que c'est pentu, là-bas !

Mais bon, c'est comme ça !

Pour le reste, ce fut donc assez incroyable, sur le plan de la qualité d'ensemble. Tant au niveau des concerts que du Festival "off"...

Ah ! ces sucreries fondantes que furent tous ces instants préparés ou impromptus !

Largentière-015-web
Ces rencontres entre musiciens de divers horizons...

Largentière-003-web

Ce moment unique entre les générations, entre un John Wright et un Davide Di Giannantonio (deux mots d'explications sous la photo)

Largentière-025-web

John Wright est un chanteur et musicien né en Angleterre, son approche de la musique ancienne est conditionnée par une longue pratique des musiques traditionnelles. Il arrive en France en 1967 et travaille pendant 5 ans au département d'Ethnomusicologie au Musée de l'Homme à Paris. Tout en donnant avec sa femme Catherine Perrier de nombreux concerts de musique traditionnelle, largement alimentés par leurs propres collectages en France et en Irlande, il va désormais se concentrer sur l'histoire des instruments à archet, leur forme, leur montage et l'influence de ceux-ci sur l'esthétique sonore et les styles musicaux à travers les âges. Il a participé récemment encore à plusieurs projets de reproductions d'instruments d'après des sculptures médiévales, notamment à St. Jacques de Compostelle. Il dirige l'ensemble Porque Trobar qui s'est spécialisé dans les musiques des chansonniers des 12e et 13e siècles.

Davide Di Giannantonio fait partie du jeune groupe Liliumlyra qui nous a enchanté par son approche tout à la fois simple, élaborée, voire sophistiquée de la musique des 12e et 13e siècles.

Ce fut la découverte "live" d'un orchestre que nous avions apprécié sur bande vidéo: Obsidienne chez qui nous retrouvons une manière d'appréhender la danse qui nous convient très bien !

Largentière-036-web

Largentière, ce fut, pour nous, l'occasion aussi de présenter à des musiciens et à un public curieux une famille très particulière de danses: celle des basses-danses.

Et voilà la photo que vous attendez toutes et tous...

la27-blog

L'air sérieux ? Normal, allez voir l'iconographie d'époque...! Et d'ailleurs, je suis toujours sérieux, vous le savez déjà à me lire, non ?

14:38 Écrit par JM dans Activités | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

ah tu trouves que c'est pentu! ben viens chez moi voir un peu ce qu'est un village de montagne avec ses rue de la côte, de la pente, pentue, rompe-cul, ces montée du clocher, descente du tourbillon...:)! et j'en oublie sans doute!
tu es superbe et tes explications passionnantes! ces rencontres entre les plus anciens et les jeunes est très enrichissantes. et les univers musicaux aussi: chacun se nourrit de l'autre!
à ce propos d'ailleurs, je ne sais pas si tu suis l'excellente émission de Jean François Zygel le vendredi soir sur la 2. hélas, la dernière (pour cette année, car elle connait un grand succès qui ne fait que grandir par le bouche à oreille) vendredi prochain. il y a toujours un instrument ancien présenté et l'origine de certains autres... très intéressant vraiment!
bon soirée Gug, bonne suite à votre groupe!
bises du dimanche soir!

Écrit par : mimi | 16/08/2009

Bonjour, Oui, bien sûr on le sait que tu es sérieux!
Cela devait être super!
Bonne semaine. Bisous. @+

Écrit par : Véronique | 16/08/2009

Ah bien, vous dansiez, j'en suis fort aise!
Eh bien narrez maintenant.
C'est bien agréable de Vous retrouver en "life", de partager votre complicité et vos moments particuliers enfin ceux qui sont avouables. J'avais de merveilleux clients jadis à Tournai et villages avoisinants c'est vrai que c'est plat là-bas. Lamorménil culmine dans les 600 mètres et le seul truc plat est mon compte banque.
A tout bientôt...
Amicales pensées pour un retour fait de beaucoup de joies. Pat.

Écrit par : Mireille &Pat. | 17/08/2009

Les commentaires sont fermés.