19/08/2009

ME SUIS PAS FATIGUE... ET POURTANT...

Non, je ne me suis pas fatigué... je me suis "contenté" d'un copié-collé du Monde...

Jay Coakley :

"La prise de substances fait partie de la culture de l'élite sportive"

Premier cas de dopage, le 18 août aux mondiaux d'athlétisme. Le Marocain Jamal Chatbi, qualifié pour la finale du 3000 mètres steeple, a été contrôlé positif (le 15août) au Clenbuterol, un anabolisant. Jay Coakley, 65 ans, sociologue à l'université du Colorado, spécialiste du sport, revient sur les rapports qu'entretiennent les athlètes avec ces substances - interdites ou non - améliorant les performances.

Comment expliquez-vous la domination des Caribéens et des Américains dans le sprint ?

Les Caribéens et les Américains ont du succès dans les courtes distances, car ils vivent dans un environnement où ils apprennent que c'est leur destinée culturelle et biologique que de réussir dans le sprint. C'est très semblable à la culture des Anglais qui a motivé cette petite nation à coloniser les deux tiers de la planète. Un tel sens du destin pousse des individus et des peuples à réaliser des performances qui vont au-delà de toutes probabilités statistiques.

Après bien des révélations sur le dopage, pensez-vous qu'aujourd'hui l'athlétisme est "propre" ?


Je parierais ma maison que les athlètes prennent des substances qui contribuent à leurs performances. Ils seraient des imbéciles de ne pas le faire, car les intérêts financiers sont importants et le haut niveau procure des sensations incroyables. Mais cela ne signifie pas qu'ils trichent ou qu'ils font des choses qui sont définies comme illégales.

Cela reviendrait à dire que les athlètes n'ont pas l'impression de tricher en prenant des substances dopantes...


Je dis que presque tous les athlètes prennent des substances, car cela fait partie de l'entraînement. Certains utilisent des produits qui sont classifiés par le Comité international olympique (CIO) ou par le corps médical comme des drogues. La prise de substances fait clairement partie de la culture de l'élite sportive et la plupart des athlètes ne définissent pas cette culture-là comme de la tricherie. Dans l'haltérophilie ou à un certain moment dans le football américain, des athlètes ont intégré le dopage comme partie centrale de leur entraînement. Ils ont échangé des informations sur les drogues : comment les prendre, comment éviter des effets secondaires négatifs, comment profiter de leur utilisation et comment éviter de les détecter.

Faudrait-il modifier la législation américaine pour ne plus retrouver de produits dopants en libre-service ?

La législation américaine a ouvert la porte à la production et à la distribution d'un vaste réseau de compléments nutritionnels et de composés biochimiques dont les propriétés améliorent la performance. Maintenant que la porte est ouverte, je ne pense pas qu'elle puisse être efficacement fermée. Ces produits sont très largement utilisés dans la société, pas seulement par les sportifs. Beaucoup de personnes de la génération du baby-boom cherchent des substances qui permettront de retarder le vieillissement. Comment dire aux athlètes d'arrêter d'utiliser ces produits quand leurs parents ou grands-parents absorbent des hormones pour les aider à être performant dans leur chambre à coucher ou sur leur lieu de travail ?

En 1990, on apprenait que les athlètes américains allaient se doper en toute tranquillité au Mexique. Est-ce toujours le cas ?

Entre le milieu des années 1960 et le début des années 1990, il était courant, pour certains athlètes, de traverser la frontière mexicaine et d'aller acheter des stéroïdes anabolisants au comptoir d'une pharmacie. Au Mexique, ces stéroïdes étaient habituellement utilisés pour les animaux, soit pour les rendre plus rapides au moment des récoltes, soit pour accélérer la guérison après une blessure. Beaucoup de bouteilles de stéroïdes injectables avaient été clairement étiquetées: "A utiliser seulement par les vétérinaires". Des petits malins sont allés au Mexique pour acheter ces drogues et les revendre aux athlètes à travers les Etats-Unis. Mais après le milieu des années 1990, la plupart des substances étaient disponibles sur Internet. De nombreux fournisseurs en proposaient.

Étrangement, dans le monde du sport, les seules personnes qui étaient apparemment inconscientes de cette accessibilité étaient les officiels. Puisqu'ils ont continué à garder les yeux fermés, des usines et des pharmacies en ont profité pour développer dans le monde entier une vaste gamme de produits (drogues, compléments alimentaires, etc.), proposant une amélioration réelle ou imaginaire de la performance. Aujourd'hui, n'importe qui - à condition d'avoir un accès à Internet et une carte de crédit - peut acheter ces substances et lire toutes les informations, des plus sérieuses aux plus anecdotiques, sur elles.

Propos recueillis par Mustapha Kessous

Je me suis contenté d'un copié-collé pour, finalement, vous poser une question simple: le sport n'est-il pas, par essence, l'utilisation de son corps et non celle d'un cocktail de produits chimiques ou biomachins qui faussent complètement la perception de la capacité du dit corps à produire certains efforts ?

Au fond, j'suis p'têt' trop naïf ? Sur ce, m'en vais voir chez mon médecin s'il n'a pas quelque substance nous permettant de danser la basse-danse avec davantage de style, na !

14:26 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

oui mais c'est irréversible! j'ai fait un post à ce sujet pour le du Tour de France. si tu regardes les différences de performances de nos jours par rapport aux années 60 tu ne peux pas penser que c'est seulement le meilleur entrainement, les avancées technologiques qui ont produit ces phénomènes. et on demande toujours plus mais où les humains que sont les sportifs iraient-ils chercher la capacité de se surpasser encore et toujours, battre encore et toujours des recors qui nous semblent fous mais qui seront banalisés dans un an?
en ce moment on a un jeune athlète en France, on attend la lune de lui et je l'ai vu en steeple il y a quelques jours, je peux te dire, il a eu une remontée de dingue sur les derniers mètres et je me suis dit que sans doute il n'était pas blanc bleu. est ce sa faute? sans doute en partie parce qu'il joue avec sa santé et çà c'est grave pour LUI. mais par rapport aux autres il n'est pas responsable parce que si lui n'accepte pas de jouer le jeu, il y en a tant qui attendent derrière! je crois que c'est un système irréversible.
pour ce qui est du conditionnement moral des personnes à être des sportifs de haut niveau, je ne sais pas. c'est vrai que certains sont taillés pour tel ou tel sport par contre, morphologiquement. ensuite qu'on soit plus strict dans les pays de l'est ou en chine pour les jeunes athlètes, çà c'est une question de politique: ils sont plus stricts pour détecter les enfants et leurs capacités dés le plus jeune âge.
je te souhaite une bonne soirée Gug et je t'embrasse!

Écrit par : mimi | 19/08/2009

Je suis fan, J'adore ton blog, je partage.

Écrit par : toutenbio | 11/09/2014

Les commentaires sont fermés.