27/05/2010

PLEUREZ, BRAVES GENS ! KAFKA N'EST PAS MORT !

Lors de mon avant-dernier déménagement (ben oui, ce sera toujours l'avant-dernier jusqu'à l'ultime !), tout en emballant mes chères-z-affaires, je tombe sur un classeur marqué "Téléphone"... et voilà-t'y pas que je reste autant en arrêt qu'un braque devant le soupçon de la présence du perdreau.

En moi-même et en français (car, si vous ne le savez pas, je suis bilingue), je me dis: "Y a basta". En effet, trop, c'est trop et le montant global des factures mobaïlle-fixe-Internet commence tout doucement à essayer de rejoindre le budget prévu à Laeken pour le sucre en poudre. Et, à ce moment, je prends mon courage à deux mains (et le classeur dans la troisième... euh...!?!)

Je vais tout regrouper chez le même opérateur afin de pouvoir bénéficier de la formule qui tue, vous savez, celle qui permet de téléphoner presssssque gratos sur la lune au départ d'un transatlantique au beau mitan du Pacifique.

Après une profonde réflexion et l'examen attentif des propositions des deux-z-opérateurs consultés (soit les deux principaux de Gelbique), je jette mon dévolu sur celui qui a... la plus jolie vendeuse... euh, non... déléguée commerciale.

Et me voilà occupé à signer Ze contrat du siècle, à côté duquel celui d'Agusta ne fut que roupie de sansonnet.

Tranquille comme Baptiste, je déménageai, j'emménageai et me félicitai de mon choix. Même après réception de la première facture, c'est dire si j'étais content !

Jusqu'au jour où...

Un mois plus tard, notre sainte mère la Région wallonne vint gentiment me signaler que l'opérateur choisi lui avait signalé que j'étais en possession d'un récepteur de télévision...

Je chus des nues !

En effet, la téloche et moi, c'est deux, c'est même 3,1416.... Voilà pas loin de vingt ans que je m'en passe sans un sanglot de regret !

C'est là que je me rendis compte de mon incommensurable naïveté: en souscrivant un "Pack All-in-One" (qu'en termes élégants, ces choses-là sont dite), j'avais accepté le raccordement "Tûûûûût-TV" inclus dans le susdit pack. Et flac ! Même sans récepteur, je me retrouvais l'heureux propriétaire d'un décodeur et de ses accessoires. Sans l'avoir voulu et en ayant même refusé:

"Vous comprenez, Madame (mademoiselle ?) je n'ai pas de télé ! Donc cela ne m'intéresse pas..."

"Mais, Monsieur, c'est inclus dans le pack et c'est gratuit"

Est-ce le bleu (ou le vert, ou le brun, ou le doré,... sais plus) de ses yeux qui me fit me ranger à ses arguments (ceux-là, par contre...) ? Je ne sais ! Mais j'avais signé !

Donc, en résumé, me voilà formant le numéro de téléphone de contact de la Wégion Rallonne.

"Madame, je n'ai pas de télé"

"Pas grave, Monsieur, remplissez la déclaration sur l'honneur"

"Mais je serai contrôlé !

"Bien évidemment, Monsieur"

"Je veux bien mais je vis seul et travaille encore, donc je ne suis jamais là. Puis-je prendre rendez-vous avec le contrôleur ?"

"Pas possible, Monsieur, il vient à l'improviste"

"Ah ?"

Plusieurs mois plus tard, en rentrant du bureau, je découvris dans ma boîte aux lettres le petit mot éploré du contrôleur qui aurait bien voulu me contrôler mais qui n'avait pu me contrôlé vu qu'absent pour cause d'occupation professionnelle, je n'étais pas là pour me laisser me contrôler.

Et, devinez ce qu'il me demandait, dans sa missive ?

Une déclaration sur l'honneur selon laquelle je n'avais pas de récepteur de  télévision ! Au-then-ti-que !

Renseignements pris auprès de l'Enragée wallonne:

1. Si je ne rentre pas la déclaration, je serai taxé d'office.

2. Si je rentre la déclaration, je serai contrôlé à l'improviste.

3. Si je suis absent, je devrai rentrer une déclaration sur l'honneur.

NON, ON NE RIT PAS ! NOUS SOMMES EN GELBIQUE, DANS LA PARTIE SUD DU PAYS ET, POUR DE SOMBRES MOTIFS D'ASSAINISSEMENT BUDGETAIRE, CETTE REGION A CRU BON NE PAS TENIR LES PROMESSES FAITES AUX ELECTEURS DE SUPPRIMER CETTE TAXE. MIEUX ! LE NOUVEAU SINISTRE EN CHARGE DE CE DEPARTEMENT A ANNONCE HAUT ET CLAIR QU'ON VERRAIT CE QU"ON VERRAIT ET QUE FORCE RESTERAIT A LA LOI !

En ces prémices de campagne électorale, chers wallons, connaissez-vous le nom de ce sinistre ? Un indice: il porte le même nom qu'un charmant bambin d'une émission télévisée que je regardai, il y a très longtemps, quand, chez mes parents, il y avait une télévision...

 

21:20 Écrit par JM dans C... de g...! | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/05/2010

JE N'AI PAS PU M'EN EMPECHER !

D'accord, ce n'est pas la première fois que je "repique" le texte de quelqu'un d'autre, que ce soit celui d'un copain ou la bafouille d'une célébrité. Ici, je ne pouvais laisser passer cette tirade digne de Cyrano de Bergerac.

Il s'agit d'un billet de Thomas Gunzig au cours de l'émission "Le Jeu du dictionnaire".

Voilà, c'est dit et j'adhère.

carte-postale-drapeau-belge

Bande de cons !
Pas vous, cher public !

Les autres, les formateurs, informateurs, explorateurs, chefs de groupe, présidents de partis flamands, présidents de partis francophones, seconds couteaux, troisièmes couteaux, de gauche, de droite, les cathos, les écolos, les franc-maçons, les libéraux...

Bande de cons de Flandre
Bande de cons de Bruxelles
Bande de cons de Wallonie.
D'abord à tous ceux qui croient avoir gagné les élections d'il y a 5 mois, à tous ceux qui avaient un grand sourire, à tous ceux qui avaient les bras en l'air, le temps est venu de vous avouer quelque chose :
les gens n'ont pas voté pour vous parce qu'ils vous aimaient.
Les gens ont voté pour vous parce qu'ils étaient obligés.

A la veille du onze juin : dans les rues, les maisons, les bureaux les gens hochaient la tête et se demandaient vraiment qui ils allaient pouvoir choisir parmi ce catalogue

  • de nuls,
  • de klettes,
  • de nouilles,
  • d'opportunistes agressifs,
  • de carriéristes sans charisme,
  • de mal fringués,
  • de gros types à l'élocution problématique,
  • de petits nerveux en pleine tendinite de l'égo,
  • de semi-hystériques,
  • de semi-mafieux,
  • de cyniques,
  • de je-m'en-foutistes,
  • de ratés de tout le reste,
  • de fils à papa,
  • d'experts comptables en décrochage professionnel
  • d'entrepreneurs en faillite frauduleuse,
  • de sinistres,
  • de pas lavés,
  • de faux gentils
  • de vrais méchants...
  • Les Leterme
  • De Crem
  • Reynders
  • Milquet
  • Di Rupo
  • Michel
  • De Wever
  • Maingain
  • Wathelet
  • Bacquelaine...

Cette morbide collection de névrosés qui nous gouvernent avec leur troubles anxieux, leurs troubles dissociatifs, leurs troubles psychosexuels, leur troubles obsessionnels compulsifs.Et en plus, ils sont tous... Si moches...

Cette élection, à tout le monde, ça a un peu fait l'impression d'un de ces mariages forcés que l'on organise dans des pays très loin d'ici.

C'est comme si on avait été une jeune fille devant choisir entre le vieux marchand qui pète au lit où l'arrière-cousin qui ne se brosse pas les dents.

Bande de cons ! Vous n'avez rien gagné du tout. Si c'était possible, on reprendrait nos voix et on ne les donnerait qu'après les négociations, à ceux qui auraient su être un peu intelligents, un peu sobres, un peu humains.
Mais non ! Donner c'est donner, reprendre c'est voler.

Vous aviez un chouette petit pays,pas très grand mais bien équipé de voisins plutôt sympas.
Un pays bien situé, avec la mer, avec la forêt, avec pas trop de charges.
Vous aviez une chouette petite population, pas parfaite-parfaite, mais en gros, ce n'étaient pas des talibans non plus, c'étaient pas des Contras, c'étaient pas des Tigres Tamouls. Une petite population de fabricants de pralines, de marchands de kayaks,de chanteurs à texte, de comiques parfois drôles, de stylistes un peu punks, de postiers plutôt polis, de sportifs en minijupe, de flics à moustaches, des tas de gens prêts à travailler plus à gagner toujours moins et à ne pas dire grand chose.

Une petite population qui mélange le goût des mandarines à celui des spéculoos.

Une petite population qui n'a rien contre l'Eurovision ni les horodateurs.

Une petite population qui rend visite à ses grands-parents le dimanche pour boire un café après le chicon gratin.

Une petite population de buveurs de bière et de joueurs de kicker.

Une petite population qui emmène ses enfants à Plankendael au printemps et à Paradisio en hiver... Comme ça, sans ennuyer le monde, en VW Touran.

Une petite population prévoyante qui a quelques euros sur un compte épargne et une concession au cimetière.

Une petite population qui est plutôt toujours d'accord et en gros une petite population qui ne veut pas d'histoires.

Et vous,tout ce que vous trouvez à faire, ce sont ces petites réunions où l'on tourne encore plus en rond que sur un circuit Märklin
ce sont ces petits comités aussi stériles qu'un champ patates à Tchernobyl
ce sont ces petites réactions à chaud qui me rappellent les crises de mon chat quand il n'aime pas la marque de ses croquettes
ce sont ces airs de petits tribun en solde
ce sont ces grands chevaux sur lesquels vous montez et qui seront toujours comme ces petits poneys tristes de la foire du midi.
Tout ce que vous trouvez à faire, c'est de vous tirer dans les pattes pour gagner une floche qui vous donnera droit à un tour gratuit sur ce manège sinistre que vous appelez "politique".

Bande de nuls !

Alors moi,

J'ai eu une idée,
une grève,
une vraie grève,
une bonne grève
une grève de tout le monde tant que la politique Belge ressemblera à une conserve de rollmops :
les enfants n'iront plus à l'école,
les femmes enceintes n'accoucheront pas, les déménageurs ne déménageront pas.
Navetteurs, ne navettez plus.
Alcooliques, n'alcoolisez plus.
Chauffeurs, ne chauffez plus.
Pilotes, mécaniciens, traiteurs, bouchers, pêcheurs, éboueurs, esthéticiennes, taxidermistes, stripteaseuses, scaphandriers, géomètres experts, fleuristes, traders, opticiens, huissiers, substituts, gourous, préfets, trésoriers, banquiers, infographistes, ajusteurs, analystes-programmeurs, techniciens hotline, proxénètes, dealers, animateurs, orthodontistes, urologues, animateurs socioculturels, fossoyeurs...
Et tous les autres...
Total Stand By.
On arrête tout...

Et vous verrez que dans trois jours,
il feront moins les malins."

19:15 Écrit par JM dans C... de g...! | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/05/2010

J'VAIS SANS DOUTE VOUS PARAITRE NAZE !

J'suis né, il y a un certain nombre d'années, dans une contrée ni plus ni moins favorisée des dieux. Il y avait là des ouvriers plus ou moins qualifiés (mon père en était), des notables plus ou moins importants (le maît' d'écol' en était un). Il y avait en face de chez nous un marchand d'vélos (la boutique existe encore, tenue par un pépé qui a... mon âge !). Notre quartier était coincé entre un couvent abritant une école primaire (où j'ai usé mes fonds d'culotte) et un cimetière (où désormais mon papa a 54 ans pour l'éternité et ma maman est à ses côtés pour lui repasser ses chemises).

Au bout de la rue, à la place d'un hôpital, s'est construit un supermarché (je ne cherche aucun rapport entre les deux). L'autre rue nous conduisait sur la place communale où trônent presque en opposition la maison communale et l'église (du XVIIe siècle - pur style Louis XV, comme disait papa).

De l'autre côté, une rue nous conduisait à la ferme où, dès l'âge de 4 ans, j'allais, tout seul, chercher le lait et la maquée dans mon p'tit pot en fer blanc. L'autre rue nous conduisait dans notre camp de vacances, chez la grand-mère, notre mémère qui décida qu'un siècle de vie était bien assez avant de nous quitter.

Le tramway s'arrêtait pile poil devant la porte d'entrée de notre maison, ce qui faisait trembler l'arrière-grand-père en photographie dans notre salon. Il faut dire que quelqu'un avait décidé de mettre toutes ses décorations du même côté. Ety donc, désormais, patiemment et régulièrement, papa redressait son grand père qui s'était laissé aller du côté du poids des breloques.

La rue était notre terrain de jeu, les trottoirs larges et en terre, les rues en pavés...

Nous étions heureux.

N'allez pas croire que je sois passéiste. Sinon, quel sens aurait le fait de manipuler un ordinateur et d'écrire sur un blog ?

Non. Je ne regrette rien. Je me souviens de joies simples. De quatre soldats en plastique et d'une jeep Dinky Toys reçus comme un incommensurable trésor, un matin de Saint-Nicolas. Comme je me remémore le train, la brouette et le fusil en bois que notre menuisier de papa avait patiemment façonné sur son banc, en grand secret.

La vie a coulé avec ses joies et ses peines. Avec ses grands moments et ses puits sans fond de tristesse. Le temps s'est écoulé. Et je me retrouve à l'entrée de l'automne de ma vie, devant toutes ces images qui défilent...

La larme à l'oeil ? Non, pas vraiment. Chaque âge eut ses joies, celui d'aujourd'hui a les siennes. Mais, de plus en plus, me vient l'envie de me retourner... L'envie de mesurer le chemin parcouru, de l'estimer d'un regard, d'en apprécier les difficultés vaincues, de faire la moue devant les moments plus pénibles...

J'vais peut-être vous paraître à la masse, complètement caduc ou en passe de l'être. Peut-être pour vous. Pas pour moi.

Ce que j'ai vécu me permet de vous promettre, à vous les plus jeunes, que vous vivrez les mêmes sensations, sans aucun doute différentes dans les détails mais tellement identiques sur le plan du fond, du ressenti, de celui qui vous prend les tripes comme en ce moment où j'écris et qui...

Bon, stop. Bonne soirée et à la prochaine.

21:23 Écrit par JM dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/05/2010

Les plus sagaces...

Et, non ! Ce n'est pas un mot cochon ! Allez voir qu dico, foi d'Aline (voir son blog - dans la colonne de gauche !).

Les plus sagaces auront compris que ma menotte a, de nouveau froid. Ouais ! (c'est pas la faute à Ginette, copine de double-glogion - allez-z-aussi faire un tour sur son blog - voir-z-aussi la colonne de gauche)/

Donc, vous aurez compris que ma p'tit' menott' est redevenue bien seule... Eh ! Oh ! Nooooooooooooooon ! C'est pas un Apple d'un "désormais libre" vers une futrure ex-provisoirement pas libre...! Non ! Définitivement, non ! Je ne mange pas de ce pain-là ! D'ailleurs, si vous voulez mon avis, ce pain-là, il ne se mange pas ! Même en collant ses miettes du bout de son doigt humecté de salive...

Voilà ! Vous avez tout ! Sans les détails graveleux des magazines pipeules. Sans les photos suggestives de Ici Paria et Vois ça ! C'est comme ça. C'est ainsi !

L'enthousiasme a fait place au silence...

Vous croyez que le silence est l'absence de bruit ? Ben non ! V's'avez tout faux. Le silence est assourdissant ! Au point qu'il faut mettre ses deux menottes sur les oreilles pour ne pas l'entendre, malgré les acouphènes... S*** de m*** de c*** de bruits auto-générés !

Bon, je vous laisse, passque je n'ai pas envie de vous recopier l'intégralité de mon dossier médical !

13:52 Écrit par JM dans C... de g...! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/05/2010

Ca ne va plus tarder !

lettrine-a
Il hésite encore...

Va-t-il se lancer ?

Déjà quatre pas "seul", sans les doigts des parents, sans le bord de la table ou le coin du buffet !

Tout seul ! Ouais ! Avec mes deux pieds à moi !

MAIS...

Pourquoi le faire ? V's'avez vu la compétition ?


C'est à celui qui sera le premier...

C'est à celui qui sera le plus...


Le plus performant...

Le plus rapide,..

Le plus intelligent...

Le plus réactif...

Le plus... Oui... performant !


Oui, mais non, hein !

PAS D'ACCORD...!


C'est quoi, tout ça ? Ca veut dire quoi, "le plus" ?

Ca implique une compétition ?

Qui veut dire être le premier ?

Qui signifie dominer les autres ?

Qui veut... NON !

Mon prénom veut dire "Amitié, convivialité, sociabilité..." !

Je veux avancer !


Mais pas tout seul !

14:21 Écrit par JM dans Bébé Anis | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |