12/11/2009

LE SUCCES ET L'AGE...

Le succès à   2 ans,                               c'est ... de ne pas faire dans sa culotte,
Le succès à   3 ans,                               c'est ... d'avoir des dents,
Le succès à 12 ans,                               c'est ... d'avoir des amis,
Le succès à 18 ans,                               c'est ... d'avoir le permis de conduire,
Le succès à 20 ans,                               c'est ... de bien faire l'amour,
Le succès à 35 ans,                               c'est ... d'avoir de l'argent.
 
Et puis, cela repart ...
 
Le succès à 50 ans,                               c'est ... d'avoir de l'argent,
Le succès à 60 ans,                               c'est ... d'encore bien faire l'amour,
Le succès à 70 ans,                               c'est ... d'encore avoir le permis de conduire,
Le succès è 75 ans,                               c'est ... d'encore avoir des amis,
Le succès à 80 ans,                               c'est ... d'encore avoir des dents,
Le succès à 85 ans,                               c'est ... de ne pas faire dans sa culotte.


18:35 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/11/2009

COMMENT RESTER JEUNE ET HEUREUX EN 10 LECONS !

1. Au diable les chiffres superflus...: âge, poids et taille... etc. Laissez les médecins s'en préoccuper. C'est pour cela que vous les payez.

2. Ne gardez que vos amis joyeux et qui aiment la vie... Les râleurs vous dépriment... (Gardez ça en tête si vous êtes l'un d'eux!)

3. Continuez à apprendre: Apprenez toujours plus sur les ordinateurs, les travaux manuels, le jardinage, qu'importe.... Apprenez !!! Ne laissez jamais votre cerveau au repos. 'Un esprit vacant est l' atelier du diable.' Et le diable s'appelle Alzheimer !

4. Appréciez les choses simples

5. Riez souvent, longtemps et fort. Riez jusqu'à avoir le souffle coup&eacute. Et si vous avez un ami qui vous fait rire, passez des heures et des heures avec lui !

6. En cas de larmes: Souffrez, faites votre deuil et avancez. La seule personne qui est avec vous pour la vie, c'est vous. Vivez pendant que vous êtes en vie !

7. Entourez-vous de ce que vous adorez: Que ce soit famille, amis, animaux domestiques, souvenirs, musique, plantes, hobbies,... Votre maison est votre refuge.

8. Chérissez votre santé. Si elle est bonne, préservez-la. Si elle est instable, améliorez-la. Si cela dépasse vos forces, trouvez de l'aide.

9. Ne fréquentez pas les endroits où vous vous sentez mal. Faites plutôt les magasins, partez à l'étranger, mais nulle part où vous vous sentez coupable ou mal à l'aise... Faites plutôt de belles randonnées !


10. Dites aux gens que vous aimez que vous les aimez , à chaque occasion qui se présente.

Et si vous n'envoyez pas ce message à au moins 4320 personnes dans les 23 secondes qui suivent, qu'est-ce que ça peut faire... copiez-le et envoyez-le à ceux que vous aimez... 

12:41 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/11/2009

EMOTION, QUAND TU NOUS REJOINS...

Vous savez - ou ne savez pas - que je suis devenu, au fil des ans, fan du Moyen-Age, que ce soit en costume, en danse ou, forcément, en musique. Au moment où je rédige ce post, l'appartement vibre au son de la voix de Céline Magrini... Un CD que je vous invite à découvrir (notamment en cliquant sur l'image qui suit...)

l_24b3e2ecdc3c43c088c52b48e20d72ad

Voilà que, tout au rangement des multiples paperasses familiales, une fée (troll ?) provoque un télescopage à travers le temps...

Céline me ravit par sa voix et son interprétation tandis que, dans le même temps, le scanner enregistre l'image, éminemment concrète, de l'amour que mes parents se portaient...

Peu importe le nombre d'années après le décès de papa, notre maman affichait son amour pour lui. Nombre de personnes pourraient trouver cela dérisoire. Il n'empêche... Au delà de la mort, l'Amour restait vivant...

Il y a longtemps que toi et papa, êtes partis rejoindre les étoiles... Même s'il est parfois difficile de lever la tête pour les regarder..., elles sont là... pour nous guider, nous montrer leur chemin...

Pfff ! Les claviers d'ordinateur s'accomodent mal de l'humidité, non ? Alors, autant en rester là pour aujourd'hui....

17:59 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

DE L'INFLATION DE L'INFORMATION

Il ne viendrait à l'idée de personne de contester, fût-ce un fifrelin de seconde, le fameux "droit à l'information". Je conteste à tous le droit de critiquer ce qui suit, sans y avoir réfléchi auparavant.

Le temps n'est pas si loin où un meurtre, même horrible, commis à l'autre bout du pays, mettait une quinzaine de jours, voire davantage, à être communiqué à l'ensemble de notre royaume (tout en sachant que, vu de la Lune, celui-ci ne représente qu'un point - certes lumineux - au niveau de notre pâle pas trop nette).

Aujourd'hui, par contre, personne ne peut, tranquillement, p... derrière un palmier, lors de ses vacances aux Nouvelles Hébrides (question: y a-t-il des palmiers dans cette région), sans que, dans les quinze minutes, l'ensemble de la pâle pas trop nette ne soit informé...

Ne peut-on considérer que trop d'information tue l'information ?

Bonne journée,

13:59 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/08/2009

REFLEXION DU CAFE DU MATIN...

Un avion à réaction, ça en jet', non ?

avion072

09:15 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/08/2009

ENTENDU CE JOUR A LA RADIO...

Un secrétaire d'école...

"Il importe que nous soyions là pour donner des racines aux enfants et des ailes aux adolescents".

Non seulement j'aime la forme, mais j'apprécie également grandement le fond !

Et vous ?

21:31 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

19/08/2009

ME SUIS PAS FATIGUE... ET POURTANT...

Non, je ne me suis pas fatigué... je me suis "contenté" d'un copié-collé du Monde...

Jay Coakley :

"La prise de substances fait partie de la culture de l'élite sportive"

Premier cas de dopage, le 18 août aux mondiaux d'athlétisme. Le Marocain Jamal Chatbi, qualifié pour la finale du 3000 mètres steeple, a été contrôlé positif (le 15août) au Clenbuterol, un anabolisant. Jay Coakley, 65 ans, sociologue à l'université du Colorado, spécialiste du sport, revient sur les rapports qu'entretiennent les athlètes avec ces substances - interdites ou non - améliorant les performances.

Comment expliquez-vous la domination des Caribéens et des Américains dans le sprint ?

Les Caribéens et les Américains ont du succès dans les courtes distances, car ils vivent dans un environnement où ils apprennent que c'est leur destinée culturelle et biologique que de réussir dans le sprint. C'est très semblable à la culture des Anglais qui a motivé cette petite nation à coloniser les deux tiers de la planète. Un tel sens du destin pousse des individus et des peuples à réaliser des performances qui vont au-delà de toutes probabilités statistiques.

Après bien des révélations sur le dopage, pensez-vous qu'aujourd'hui l'athlétisme est "propre" ?


Je parierais ma maison que les athlètes prennent des substances qui contribuent à leurs performances. Ils seraient des imbéciles de ne pas le faire, car les intérêts financiers sont importants et le haut niveau procure des sensations incroyables. Mais cela ne signifie pas qu'ils trichent ou qu'ils font des choses qui sont définies comme illégales.

Cela reviendrait à dire que les athlètes n'ont pas l'impression de tricher en prenant des substances dopantes...


Je dis que presque tous les athlètes prennent des substances, car cela fait partie de l'entraînement. Certains utilisent des produits qui sont classifiés par le Comité international olympique (CIO) ou par le corps médical comme des drogues. La prise de substances fait clairement partie de la culture de l'élite sportive et la plupart des athlètes ne définissent pas cette culture-là comme de la tricherie. Dans l'haltérophilie ou à un certain moment dans le football américain, des athlètes ont intégré le dopage comme partie centrale de leur entraînement. Ils ont échangé des informations sur les drogues : comment les prendre, comment éviter des effets secondaires négatifs, comment profiter de leur utilisation et comment éviter de les détecter.

Faudrait-il modifier la législation américaine pour ne plus retrouver de produits dopants en libre-service ?

La législation américaine a ouvert la porte à la production et à la distribution d'un vaste réseau de compléments nutritionnels et de composés biochimiques dont les propriétés améliorent la performance. Maintenant que la porte est ouverte, je ne pense pas qu'elle puisse être efficacement fermée. Ces produits sont très largement utilisés dans la société, pas seulement par les sportifs. Beaucoup de personnes de la génération du baby-boom cherchent des substances qui permettront de retarder le vieillissement. Comment dire aux athlètes d'arrêter d'utiliser ces produits quand leurs parents ou grands-parents absorbent des hormones pour les aider à être performant dans leur chambre à coucher ou sur leur lieu de travail ?

En 1990, on apprenait que les athlètes américains allaient se doper en toute tranquillité au Mexique. Est-ce toujours le cas ?

Entre le milieu des années 1960 et le début des années 1990, il était courant, pour certains athlètes, de traverser la frontière mexicaine et d'aller acheter des stéroïdes anabolisants au comptoir d'une pharmacie. Au Mexique, ces stéroïdes étaient habituellement utilisés pour les animaux, soit pour les rendre plus rapides au moment des récoltes, soit pour accélérer la guérison après une blessure. Beaucoup de bouteilles de stéroïdes injectables avaient été clairement étiquetées: "A utiliser seulement par les vétérinaires". Des petits malins sont allés au Mexique pour acheter ces drogues et les revendre aux athlètes à travers les Etats-Unis. Mais après le milieu des années 1990, la plupart des substances étaient disponibles sur Internet. De nombreux fournisseurs en proposaient.

Étrangement, dans le monde du sport, les seules personnes qui étaient apparemment inconscientes de cette accessibilité étaient les officiels. Puisqu'ils ont continué à garder les yeux fermés, des usines et des pharmacies en ont profité pour développer dans le monde entier une vaste gamme de produits (drogues, compléments alimentaires, etc.), proposant une amélioration réelle ou imaginaire de la performance. Aujourd'hui, n'importe qui - à condition d'avoir un accès à Internet et une carte de crédit - peut acheter ces substances et lire toutes les informations, des plus sérieuses aux plus anecdotiques, sur elles.

Propos recueillis par Mustapha Kessous

Je me suis contenté d'un copié-collé pour, finalement, vous poser une question simple: le sport n'est-il pas, par essence, l'utilisation de son corps et non celle d'un cocktail de produits chimiques ou biomachins qui faussent complètement la perception de la capacité du dit corps à produire certains efforts ?

Au fond, j'suis p'têt' trop naïf ? Sur ce, m'en vais voir chez mon médecin s'il n'a pas quelque substance nous permettant de danser la basse-danse avec davantage de style, na !

14:26 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/08/2009

RETROUVER SON AME D'ENFANT...

Vous savez bien, celle qui, un jour, s'est cachée derrière un rideau de Sagesse, juste là, devant la porte du Raisonnable, qui s'ouvre sur la grande salle de la Conformité...

Oui, la pièce que nous habitons toutes et tous, plus ou moins...

Plus ou moins... volontairement...!

 

"Il suffit d'y croire" disait Peter Pan...

Qui l'a cru ? Ou le croit encore ?

 

Retrouver son âme d'enfant et pouvoir s'émerveiller, rire, battre des mains...

Devant ce gros cumulus à la tête de lapin...

Ou ce vieil arbre qui raconte une histoire sans fin...

Ou bien devant l'éclair qui découpe le ciel comme une tarte aux pommes...

 

Peut-être avais-je besoin de revoir ce film...

Qui a guidé ma main vers "Finding Neverland" ?

Mais je sais qui a trempé le mouchoir...

N'est-ce pas, Clochette ?

01_fee

23:23 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/07/2009

A TOI, BELLE INCONNUE...

Le CD n'a - semble-t-il - pas eu l'effet escompté...

Mais j'ai d'autres arguments...

Tel ce programme que je propose humblement...

19:00 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

23/07/2009

MILLE MERCIS !

Il y a quelques temps (voir mon message du 16/7), je vous faisais part de mes hésitations à "me lancer" ou, plutôt, à "me déclarer" vis-à-vis d'une personne pour laquelle je ressens "un doux sentiment".

Dur, dur ! Oui !

Merci pour votre compréhension, vos encouragements. J'ai osé, cette semaine, faire un "premier pas". Et je me sens libéré d'un poids.

Sous la forme d'un CD qui lui plairait (ça, j'en suis certain !)avec un p'tit mot qu'il me semble on ne peut plus clair.

Nous verrons... Je suis maintenant comme un étudiant qui attend les résultats de sa session d'examen.

Croisons-les doigts.

Mais, quelle que soit sa réponse, vous m'avez fait grandir (oui, je sais, uniquement sur le plan personnel, car sur le plan physique, je suis désormais sur la pente descendante !). Je vous en suis reconnaissant, vous mesdames, qui m'avez incité à faire la démarche.

21:01 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

21/07/2009

C'EST LA FETE (INTER)NATIONALE !

J'ai des potes étonnants d'inventivité, comme Biglodion et son cousin Bill Glodion !

Certain(e)s ont de l'imagination à revendre, comme Ginette, Gérard et l'gamin et Aline Amball.

Y en autres et d'autrEs qui ont un coeur grand comme ça (sans-z-ouvrir, je l'ai vu, na na na nanère !), comme Brigitte, Christine et Mimi.

Y a ceux et ceusses qui s'interrogent et poussent donc à réfléchir, tels Antoine, L., Pat  & Mireille et Rafaël.

Je suis certain que vous engagerez d'office pour la logistique de table Anne & José.

Tandis que pour le décor, vous pouvez compter sur Claude,Lecia, Marinou, Nanny et Véronique

Et pour le divertissement, bien évidemment François !

Bien évidemment, tous et toutes peuvent intervertir les "rôles"... L'essentiel n'est-il pas ce que l'on est, pas ce que l'on fait ?

Allez, santé à tout le monde !

carte-postale-drapeau-belge

10:49 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

IL FAUT RESTER A NIVEAU, NON ?

- Bonjour, comment puis-je vous aider ?

- Je voudrais installer le programme "Amour". Pourriez-vous m'indiquer la procédure, s'il vous plaît ?

mel_computer_girl_md_clr

- Bien sûr, prêt pour l'installation ?

- Oui, mais je n'y connais pas grand chose en programmation. Par quoi commence-t-on ?

- Ouvrir votre cœur est la première étape pour l'installation. Avez-vous localisé votre cœur ?

heart_beat_md_wht

- Oui, je l'ai trouvé. Mais il y a d'autres programmes qui fonctionnent en même temps. Puis-je continuer l'installation tout de même ?

- Voyons voir. Quels autres programmes fonctionnent présentement dans votre cœur ?

- Et bien, je vois "Blessures-du-passé.Exe", "Mauvaise-estime-de-soi.Exe", "Rancune.doc" et "Colère.com.".

colere

- Pas de problème. L'installation de votre programme "Amour" effacera graduellement les "Blessures du passé" de votre système. De plus, durant l'installation, le programme "Amour" remplacera votre "Mauvaise estime de soi" par son propre programme intégré, "Meilleure estime de soi".

mr_happy_green_with_envy_sm_clr

Par contre, vous devez absolument fermer vos fichiers "Rancune" et "Colère", car ceux-ci pourraient empêcher votre programme "Amour" de fonctionner correctement.

- D'accord, mais pourriez-vous m'indiquer comment les fermer correctement ?

- Allez dans votre menu principal et trouvez le programme "Pardonner". Démarrez-le et faites-lui faire le ménage de votre système au complet.

computer_magnifying_glass_worm_sm_clr

Vérifiez qu'il enlève complètement la "Rancune" et la "Colère". Cela est très important.

- D'accord, c'est fait. Hey ! L'installation du programme "Amour" a démarré !

- Oui, il est programmé pour s'installer aussitôt que la "Rancune" et la "Colère"
ont été supprimées de votre système. Vous devriez recevoir un message vous demandant si vous voulez installer... "Amour pour la vie" dans votre système. Est-ce que vous l'avez reçu ?

guy_finding_love_on_his_computer_sm_clr

- Oui, je l'ai reçu. Et j'ai répondu oui. Est-il bien installé, maintenant ?

- Oui, mais souvenez-vous que votre programme "Amour" est une version partagée. Vous devriez vous connecter à d'autres cœurs pour des mises à jour essentielles
à son bon fonctionnement.

- Oups, je viens de recevoir un message d'erreur, déjà !

- Que dit ce message ?

- Le message dit "ERROR 142 PROGRAM NOT RUNNING ON INTERNAL COMPONENTS". Qu'est-ce que ça veut dire ?

techie_using_laptop_md_clr

- C'est un problème commun qu'on voit souvent lors de la première installation.

- D'accord. Que dois-je faire, alors ?

- Regardez dans votre menu principal. Vous devriez voir les cases "S'accepter soi-même". Je vous conseille, si cela n'est pas déjà fait, de cocher aussi les cases "Se pardonner soi-même", "S'auto-féliciter" et "Connaître ses propres limites". D'ailleurs, vous devriez supprimer les options "S'autocritiquer" et "Se renfermer sur soi-même".

- C'est fait ! Tiens, il y a de nouveaux fichiers qui viennent d'apparaître dans mon cœur... Il y a le fichier "Sourire.JPG" qui vient de s'ouvrir, puis le fichier "Bonheur.mpg" qui se met à jouer et le programme "Paix-intérieure.exe" qui vient de démarrer.

hearts_bubbling_from_computer_sm_clr

Ho là là, est-ce normal ces nouvelles couleurs et ces nouveaux sons ?

videocam_laptop_look_at_me_md_clr

- Oui, tout à fait normal. Et il y en a beaucoup plus. Vous les découvrirez tout au long de vos futures mises à jour. Une dernière chose avant de terminer...

- Oui ?

- N'oubliez pas que ce programme est gratuit. Et en tant que logiciel partagé, il vous serait profitable de le partager avec les autres qui pourraient en avoir besoin. N'oubliez pas que, plus vous partagerez avec d'autres cœurs, plus votre programme se développera..

computer_dating_hearts_floating_md_clr

- Je vous remercie de tout cœur.

09:24 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/07/2009

AH ! S'IL SUFFISAIT DE VOULOIR...!

Quand on connaît la signification du mot râteau (test pour voir si vous suivez...), quand on connaît les ravages qu'il peut faire tant du côté de l'ego que de la confiance en soi, on comprend mieux pourquoi on se prend à hésiter, à tournicoter, à bafouiller, à velléiter (çui-là, je viens de l'inventionner !).

Quand on a pris quelques paires de baffes - morales - au cours des dernières années, qu'elles aient été méritées ou non, on se prend à fixer la pointe de ses chaussures plutôt qu'à tendre les bras...

Quand on se rend compte qu'on est bien auprès d'une personne, quand on s'aperçoit qu'il existe une certaine connivence, une réelle complicité, une joie partagée, un plaisir commun de la découverte et qu'on n'ose pas le lui dire... peur du râteau et/ou de la paire de baffes, on se dit qu'on est sur le chemin pour devenir un vieux rat bougri, juste bon à gâtifier devant son petit-fils, mais plus du tout capable d'oser...

Vous me direz que si la personne en question a deux sous de savoir-vivre et une once de convivialité, je ne risque qu'une seule chose: une main posée sur l'avant-bras et des yeux qui me disent "je préfère qu'on reste amis"... Oui,... vous avez sans doute raison...

Faudrait bien que je franchisse le pas... Que j'ose... Que je fasse abstraction de mes peurs...

Je le ferai... Je vais le faire... Je vais essayer de le faire... Là ! Tout de suite, euh ! Non, il est tard, je le ferai demain ! Ou, dans le courant du week-end, ou la semaine prochaine, ou... Mais certainement avant la Saint-Glinglin... Avec le risque qu'entretemps, si elle était prête à me confier sa main, elle se soit éloignée, déçue par une si longue attente et s'en soit allée en se disant que ce gars, décidément, c'est le roi des couillons !

Bon ! C'est décidé ! Demain, ou dans le courant du week-end, ou la semaine prochaine, ou... avant de partir en Ardèche, ou plutôt, quand je reviendrai... Ou...

21:20 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/07/2009

Y A DES COMMENTAIRES QUI ME FONT RIRE...

Parfois, et même souvent !

A propos de mes derniers posts, il y en a que je retiendrai.

Dans le précédent, je parlais de mes déboires à propos d'un régime alimentaire que je viens de commencer. Je rassure d'emblée Manu-Reva. Ce n'est pas un effet de mode, mais bien une nécessité absolue, essentiellement de santé. Oh ! J'ai la chance d'avoir moins de cholestérol qu'une carotte crue et mon taux de glycémie est plus bas que le niveau de la mer des sales gar... euh pardon des Sargasses !

Mais le moteur personnel a été conçu pour mouvoir au moins 15 kgs de moins et le tabagisme dont je fis preuve dans les années passées font que la montée des escaliers devient d'autant plus pénible qu'il me faut me dépêcher. Et cela, malgré la danse !

Comme dirait Mimi, je pourrais effectivement porter des chaussures sans lacets. J'ai même envisagé d'aller pieds nus, mais cela passe mal au bureau et par le temps qu'il fait, chez nous, au nord du rideau de chicons.

Par ailleurs, Mimi m'a rappelé - sans doute involontairement - une histoire que racontait papa. Il adorait nous mettre en bouteille, en racontant n'importe quoi devant ses quatre mioches silencieux, les yeux grands ouverts et la bouche ouverte. Vous voyez la scène ? Nous, nous la rappelons.

Ben oui, Mimi, sans le savoir, tu m'as ramené un fameux paquet d'années en arrière lorsque tu as écrit ceci: "moi j'ai un régime qui marche du feu de dieu, je cesse de manger."

Cette petite phrase a fait remonter le souvenir de l'histoire du "baudet Colas".

Pour celles-z-et-ceux qui ne sont pas-z-habitués au parler populaire de ma Carolorégie natale, il faut savoir que la détermination d'appartenance ne se détermine pas nécessairement par le "de". Autrement dit, la "maison Nestor" signifie tout simplement la maison de Nestor. Donc, le baudet Colas, c'est l'histoire de l'âne de Nicolas.

Ane02

Cet ongulé paraissait trop gras, trop gros, bref, trop disgrâcieux aux yeux de son maître. Aussi, décida-t-il de le mettre au régime. Et, de jour en jour, diminuant progressivement ses rations, il parvint à lui supprimer toute pitance.

Chaque jour, Colas était un peu plus satisfait de voir la circonférence ventrière de son animal prendre des proportions lui semblant mieux correspondre aux canons de beauté qu'il avait fixés.

ane-et-charrette

Las, la bête était à peine habituée à ne plus manger qu'elle creva, un beau matin.

Que voulait nous dire notre père en nous contant cette mésaventure ? Lui seul le sait. Pour ma part, j'en retiens que, face à un problème, il ne sert à rien d'adopter des solutions extrêmes.

Et vous, qu'en concluez-vous ?

17:54 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/07/2009

Y EN A DES QUI DISENT QUE...

Il faudrait travailler plus longtemps...!

Je ne comprends pas bien le pourquoi de cette affaire !

Parce qu'enfin, si nous devons travailler plus tard, par le simple jeu des augmentations barémiques ou, plus simplement, de l'index, les plus âgés coûtent plus cher, non ?

Parce que si ces "vieux" (viens un peu le dire en face, rien que pour voir...!) sont remplacés par des jeunes, forcément, ces derniers, non seulement, sont sensés être moins souvent malades, mais de plus, à rendement égal, coûtent nettement moins cher, non ?

Vous comprenez donc qu'il y a quelque chose qui m'échappe dans la rhétorique actuelle concernant les "vieux" (allez, viens, petit, viens l'dire en face !)

Pour me consoler de mon incompréhension, voici quelques illustrations sur le sujet !

C0699894

C9635598

C0335000

C2013292

C9853339

17:59 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

01/07/2009

UN PEU D'INTROSPECTION...

Sur le blog de L (voir ci-contre ou cliquez ici ), je découvre cette citation:

"Etre en amour, devenir aimant, c'est aussi lâcher ses défenses, ouvrir et faire craquer l'écorce de la carapace. C'est accepter de laisser apparaître le petit garçon si inquiet ou malabile, la petite fille si vulnérable parfois dans cette attente d'être aimé et accueilli qui sommeille en chacun, quels que soient notre âge, notre statut social, nos fonctions actuelles".

Comment peut-on jouer avec ça ? Comment peut-on faire ôter sa carapace à un être de contrôle pour ensuite s'en débarasser quand on n'a plus envie/besoin de lui, tout en sachant qu'on va l'envoyer dans un monde de souffrance ???? Parce qu'il ne s'agit pas de simples 'tourments'. Appelons un chat un chat. Et on en revient à la notion de jeu avec ... le chat et la souris ... Troublant, non ?

Jacques Salomé, Jamais seuls ensemble, Pocket, ISBN 978-2-266-18499-1

A ce post, Antoine  (voir ci-contre itou ou cliquez ici) répond ceci:

"Comment peut-on jouer avec ça ?"

Mais le plus simplement du monde : par égoïsme. L'égoïsme, c'est ce qui définit la nature humaine. On "joue avec ça" tant qu'on trouve que c'est amusant. Et quand un jouet n'amuse plus, on s'en débarasse et on s'en achète un autre...

L'ironie de l'histoire, c'est que ça peut-être à double tranchant : on sait toujours comment ça va se terminer mais jamais pour qui. Une chance sur deux. Mieux que le Lotto, mais ça ne vaut pas le coup quand même.

J'ai voulu rassembler ici ce post  et cette réaction car cette problématique m'intéresse au plus haut point, tout en tentant d'apporter mon éclairage.

L'attitude décrite plus haut est-elle de l'égoïsme comme le souligne Antoine ou simplement de l'inconscience ?

Ne pourrait-elle procéder d'une "simple" incapacité à poursuivre une chouette histoire... Incapacité pour toutes sortes de raisons...

Au début, je pensais comme toi, Antoine...

Aujourd'hui, apprenant - difficilement - à me connaître un peu mieux, je me dis que j'ai peut-être initié moi-même les râteaux que je me suis pris... Je ne culpabilise pas pour autant et pourtant...

En repassant le film de ma vie à l'envers (mon exercice préféré qui m'a permis, maintes fois, de découvrir des choses sur moi-même et les autres), je m'aperçois que, de tous temps, j'ai trop donné.

Oui, je fus "trop".

Trop présent, trop aimant...

Offrant trop de tendresse, trop d'attention, trop de... tout !

Au point de, chaque fois, submerger inconsciemment l'autre, de la noyer dans un océan de... "trop". Avec, inéluctablement, après le ratage de l'histoire, le sentiment amer d'avoir été mal récompensé de tout ce que j'avais donné. Non pas que j'attendais nécessairement autant en retour (quoique...), juste un peu d'amour, d'affection et de tendresse.

Oui, l'enfer est pavé de bonnes intentions. J'ai brillamment illustré ce proverbe. J'ai allègrement mélangé les notions de qualité et de quantité !

Que faire aujourd'hui ? Sinon, tenter de reconstruire, pour la énième fois, une chouette histoire, en espérant qu'elle sera celle qui durera... Enfin !

Voilà, L., Antoine, ce que je voulais répondre en écho à ce qui précède.

10:21 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

29/06/2009

UNE FABLE MODERNE !

Une riche  3eme_age036 décide d'aller faire un safari photos en Afrique. Elle emmène son fidèle vieux  Chiens-158 pour lui tenir compagnie.

Un jour, le Chiens-158 part à la chasse aux insecte_papillon001et ,avant longtemps, il s'aperçoit qu'il s'est perdu.

Errant au hasard en tentant de retrouver son chemin, il voit un felin003 courir vers lui avec l'intention visible de faire un bon repas. Le vieux Chiens-158 pense :

"Oh, oh!  Je suis vraiment dans la m......., là!"

Remarquant les quelques os d'une carcasse qui traîne sur le sol à proximité, il se met aussitôt à mâcher les os, tournant le dos au léopard qui approche. Quand celui-ci est sur le point de lui sauter dessus, le vieux Chiens-158 s'exclame haut et fort:
"Ouah, ce
felin003 était vraiment excellent ! Je me demande s'il y en a d'autres par ici?"

En entendant cela, le jeune felin003 interrompt son attaque en plein élan, il regarde le Chiens-158 avec effroi, et s'enfuit en rampant dans les fourrés.

"Ouf!", soupire-t-il, "C'était tout juste!  Ce vieux Chiens-158a failli m'avoir!"

Cependant, un vieux singes016 , qui avait observé toute la scène d'une branche d'arbre à proximité, se dit qu'il pourrait mettre à profit ce qu'il sait en négociant avec le felin003et obtenir sa protection. Il part donc le rattraper mais le vieux Chiens-158, le voyant courir à toute vitesse après le felin003, réalise que quelque chose se trame.

Le singes016 rattrape vite le felin003, lui dévoile le pot aux roses, et lui propose son plan. Le jeune felin003 est furieux d'avoir été trompé: "Arrive ici, le singes016, monte sur mon dos, et tu vas voir ce qui va arriver à ce petit malin!" Le vieux Chiens-158 voit le felin003 accourir avec le singes016sur son dos et s'inquiète:

Que vais-je faire maintenant?"

Mais au lieu de s'enfuir, le Chiens-158 s'assied dos à ses agresseurs, faisant semblant une fois de plus de ne pas les avoir vus, et juste au moment où ils arrivent à portée de voix, il s 'exclame:

"Où est donc ce foutu singes016?  Ça fait une heure que je l'ai envoyé me
chercher un autre
felin003!"

 

Morale de cette histoire:

3eme_age016

On ne plaisante pas avec les vieux de la vieille.

L'âge et la ruse sauront toujours triompher de la jeunesse et de la force !

L'astuce et l'esprit viennent seulement avec l'âge et l'expérience.

20:23 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/06/2009

LA POLITIQUE EXPLIQUEE SIMPLEMENT...

Vous n'êtes pas toujours au fait des arcanes de la politique belch' ? Qui pourrait vous en tenir rigueur ? Les membres du sérail politique s'y perdent eux-mêmes, alors le citoyen lambda... Hein ?

J'éprouve une admiration sans bornes pour un caricaturiste... euh... belch' aussi ! Sortir son p'tit dessin quotidien pour gagner son pain qui ne l'est pas moins... Faut le faire.

Toujours irrévérencieux, jamais trivial, il pointe son regard affûté vers le détail qui tue. Il pratique avec bonheur le surréalisme magrittien et est reconnu par tous ses pairs.

Il s'appelle Pierre Kroll. Je ne puis que vous inviter à visiter son site, en cliquant sur la caricature ci-dessous.

Bonne journée,

Kroll-Kamasutra

Evidemment, il faut connaître les acteurs croqués... Il y en a quatre:

  • Joëlle Milquet, présidente du CDH (Centre Démocrate Humaniste, ancien Parti Social Chrétien) - Elle a les cheveux noir de jais et ne semble posséder aucun cheveu gris... Remarquable !
  • Elio Di Rupo, président du PS (Parti Socialiste, ancien... Parti Socialiste) qui a les cheveux aussi noirs que Jowelle (tout aussi remarquable !)
  • Jean-Michel Javaux, co-président d'Ecolo. Le p'tit jeune en politique...
  • Didier (Didjé) Reynders, président du MR (Mouvement Réformateur, anciennement Parti Réformateur Libéral, anciennement Parti de la Liberté et du Progrès, anciennement Parti Libéral - Un champion de la réforme, quoi !). C'est tout ce que j'ai à dire à son sujet !

Le reste est affaire d'imagination ! Sur ce point, je vous fait confiance !

Pour ma part, je serais tenté de conclure que, quoi qu'il se passe en politique, il y en a toujours l'un(e) ou l'autre pour se faire b...! Facile ? Vous qui ne vivez pas cela en direct, branchez-vous quelques jours sur la

logo-rtbfinfo

et vous aurez vite compris ce que je veux vous dire.

07:40 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/06/2009

PROFITEZ-EN !

Aujourd'hui, au bureau, nous discutons, pendant la pause de midi, avec un délégué syndical, à propos du bien-fondé des mesures drastiques prises en vue de redresser les comptes de l'entreprise.

Nous terminons en plaisantant, histoire d'évacuer le stress généré par cette situation.

Il est sur le point de nous quitter puis, soudain, porte la main à la tête et s'écroule en disant: "Je me sens mal".

Les secours arrivent dans un temps record. Ils s'affairent autour du corps de notre collègue étendu dans le bureau.

A l'heure où je vous écris, je ne sais qu'une chose: notre collègue a été victime d'une rupture d'anévrisme. Nous sommes dans l'expectative.

Mes pensées vont, ce soir, vers lui, en souhaitant qu'il recouvre la santé pour lui permettre de mener les combats dans lesquels il s'est investi. Même si je ne suis pas toujours d'accord avec ses options.

Mes pensées vont aussi vers ses proches: son épouse, son père,...

Et j'en viens à penser au personnel soignant, professionnel jusqu'au bout des ongles que nous avons perçu à la fois calme et tendu vers un seul résultat: ramener notre collègue à la vie.

Cet événément dramatique m'a fait faire un brusque retour en arrière, de quelques 36 ans, lorsqu'un jour, dans les premières lueurs de l'aube, à 5 h 00 du matin, je me suis relevé, réveillé en sursaut par maman qui me criait: "Papa est mort !". J'ai trouvé mon père, dans la même position que mon collègue, étendu, il y a quelques heures, dans le bureau !

Mais, pour mon père, c'était fini ! Rien ni personne n'aurait pu le faire revivre.

Et il me manque encore aujourd'hui !

P... de vie !

20:08 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

DEPUIS LE TEMPS QU'ILS ESSAYENT...

Ils auraient pu au moins, juste une fois, alleeeeeez quoi,....

Ben non ! Chaque année, c'est la même chanson !

Ils partent en chantant "On va leur percer le flanc..."

Ils reviennent en grognant et en marmonnant des "Nous sommes trahis !"

Pourtant, si les organisateurs voulaient bien faire preuve, une seule fois, d'un peu d'imagination, ils trouveraient bien le moyen de nous faire gagner une fois, non ? Alleeeeeeeez, quoi ! Juste une fois !

Ben non ! C'est non et non !

Ce sera comme en...

1815 !

Mais, au fond, qu'est-ce qui fait courir celles et ceux qui revêtent, un temps, des copies parfois remarquables d'authenticité des uniformes portés par les belligérants de l'époque ?

Il y a sans doute autant de motivations que de participants. Alors, plus simplement, je vous livre la mienne, puisque j'ai fait partie, presque par hasard, de ces reconstituants et que j'espère bien pouvoir le faire encore.

Pour ma part, il s'agit, au-delà d'un dépôt de fleurs sur une dalle funéraire ou au pied d'un monument, de rendre hommage à ces combattants embarqués, la plupart du temps, dans une aventure qui les a complètement dépassés, d'autant plus que nombre d'entre eux y participèrent à l'insu de leur plein gré.

Je pense qu'il faut célébrer ces petits, ces sans-grades (et cela n'a rien à voir avec le nombre de galons sur la manche ou l'épaule). Ils ont fait sacrifice de leur vie pour défendre que ce soit leur propre vie ou une idée, pour les plus idéalistes. Nombre d'entre eux ont disparu complètement. Ils font partie des nombreux disparus. Ils méritent une attention.

Par ailleurs, notre pays a connu de ces soldats oubliés. J'avais commencé à marcher sous la défroque de la Légion belge au Mexique. J'en parlerai sans doute plus tard.

J'ai poursuivi en fondant un bataillon représentant l'infanterie belgo-hollandaise. Unités qui eurent une vie éphémère (de février 1814 à décembre 1815) mais qui agirent dans l'honneur et la dignité.

DSC_0084

Ma prochaine étape, un temps retardée, consistera à revêtir l'uniforme d'un officier d'artillerie belgo-hollandaise, le capitaine Stiévenard. Conscrit comme simple artilleur dans les rangs de l'armée impériale, il mourra, le 16 juin 1815, au carrefour des Quatre-Bras, à une portée de fusil de sa maison natale, à Obaix-Buzet. Ce sera pour l'an prochain. Inch'Allah, comme diraient mon fils et son épouse.

DSC_0603

DSC_0617_01

19:59 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/06/2009

NO COMMENT !

 

réfugiés

12:53 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

IL SUFFIT DE TRES PEU DE CHOSES...

Il suffit d'écouter une émission radio à propos des grands prématurés (nés à partir de 24 semaines !) pour faire remonter des émotions à la surface du coeur... (non pas des souvenirs, Dieu merci !).

préma02

Les témoignages de ces soignants me ramènent plusieurs années en arrière, lorsque ma soeur, infirmière en "Néo-nat'" pendant une vingtaine d'années, me racontait ses joies indicibles de voir les "crevettes" s'en sortir et ses peines sans fond lors du départ prématuré d'un p'tit bout qui n'avait pas trouvé les forces nécessaires pour continuer.

J'entends les angoisses, les expressions de la culpabilité de ces mères privées de leur enfant ("maman à mi-temps"), les découvertes des pères, les joies de constater les progrès, les mots doux, plein d'amour et d'attention...

J'entends cette infirmière dire que "le premier hochet du bébé est sa sonde gastrique..."

préma01

Je pensais être un ours de plus en plus mal léché... Je constate, heureusement, qu'il n'en est encore rien. Ca rassure et... ça mouille le clavier ! Pas bon pour l'ordi, ça !

12:33 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/06/2009

SANS BLAGUE !

"Ils" (et elles !) ne pensent qu'à nous !

Tout d'abord pour nos voix !

Ensuite pour nos sous !

En somme, pour leur pouvoir !

Oui ! Je le concède volontiers, c'est un discours un peu démagogique... Je sais très bien qu'ils (et elles) ne sont pas tous comme certain(e)s pourri(e)s dont la presse étale au grand jour les turpitudes, les coups plus ou moins fourrés.

Chaque semaine amène son lot d'attitudes moralement indéfendables quand elles ne sont pas carrément insultantes envers le citoyen lambda. Et ce, d'autant plus qu'il doit, chaque jour, se battre pour sa tartine, parfois sans être certain qu'elle sera garnie de confiture, ni même d'une noisette de beurre.

Il est bien évident que la tentation est forte de crier "tous pourris". Pourtant, nous ne devons pas perdre de vue que l'arbre cache souvent la forêt, dans ce domaine comme dans d'autres.

C'est pour cela que nous devons voter. C'est pour cela que nous devons donner notre suffrage aux PERSONNES qui nous paraissent les plus susceptibles de faire du bon boulot.

Dans cette optique, ma démarche électorale est simple et se fait en deux temps:

  1. je repère, tous partis confondus, les personnes qui me paraissent les plus aptes à défendre les valeurs en lesquelles je crois.
  2. j'élimine les membres de formations politiques que je n'apprécie pas.

Parmi celles et ceux qui restent, je fais mon choix et je puis vous assurer qu'il est restreint !

Il est hors de question d'avaliser une liste de candidats telle que présentée par leur parti. Je ne vote donc jamais en case de tête.

Ceci dit, "errare humanum est" !

bado

elections-blondes

11:07 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/06/2009

ET TOUT A CAPOTE !

Il ne faut pas être né à Condom pour savoir ce qu'est une capote anglaise (je ne sais toujours pas pourquoi elles sont plus britanniques que françaises, belges, patagoniennes ou groenlandaises).

Il est un calembour facile, connu mais qui fait toujours rire, consistant à affirmer avec sérieux que le pape ne connait rien au problème vu qu'il souhaite mettre la capote à l'index,...

Numériser

Au-delà de cela, il faut bien convenir que beaucoup reste à faire pour en arriver à une capote-attitude, fût-ce sur le plan de l'éducation, tous-z-azimuts !

Voyez plutôt !

Il y a les professionnels du secteur:

Preservatif-2

Il y a aussi les "professionnelles" dans le secteur...

capote

Et on s'étonnera du résultat ?

preservatif

19:37 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/06/2009

MILLE SABORDS ! (2)

Sans aucun commentaire !

Ceci dit, on aime les Kroll ou pas, chacun ses goûts !

 

124jui0309

17:45 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

TRISTE ANNIVERSAIRE...

 

Tiananmen-Wroclaw-plDominikanski

Monument à Wroclaw (Pologne)

commémorant

la répression des manifestants

sur la place Tian'anmen

de Pékin

le 4 juin 1989.

08:23 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/05/2009

MILLE SABORDS !

Un jour, Tintin...

tintin4

mille-sabords-Journal-des-Plages

haddock ImageTintin

Et ce fut une course éperdue vers... ça !

herge-2_214

Il y eut l'inauguration !

large_731758

Mais sans photo ni image de l'intérieur !

Alors, devant tant d'inconséquence,

Tintin s'est enfui à toutes jambes !

tintin

Et vous ?

Que feriez-vous ?

19:15 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2009

LE COURAGE...!

C'est, en tant que policier, oser affronter seul un enfant ! Et pas, comme en Dordogne, se mettre à 6 (!!!) pour arrêter deux mômes de 6 et 10 ans. Pour une fois, le bon exemple vient des USA !

enfant_policier

15:46 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

JE M'EN FOOT !

Je ne suis pas très football. C'est même le cadet de mes soucis. Mais, comme tout un chacun, il m'est quasiment impossible d'échapper aux informations concernant la retransmission télévisée des rencontres entre les Mauf's et les Rouch's.

D'aucuns considèrent que le football est la distraction populaire n°1. C'est, effectivement le sport le plus populaire (dans tous les sens du terme).

Il était donc tentant pour une entreprise de télévision d'acquérir l'exclusivité des droits de retransmission, opération rentable:

  • immédiatement sur le plan de l'image de marque
  • à terme, sur le plan financier en incitant le public non encore raccordé à souscrire un abonnement avec achat du décodeur, etc.

La petite voix timide d'une ministre n'aura pas suffi pour changer la donne en imposant, par exemple, une retransmission gratuite et obligatoire sur les chaînes publiques.

Cette situation est immorale en ce qu'elle pousse à consommer sans discernement. Les plus faibles et moins doués risqueront de s'endetter un peu plus car ils ne savent pas calculer...

A l'annonce de la naissance d'Anis, un ami m'a répondu: "Bienvenue dans ce monde de brutes !"

Je fus interloqué et pourtant, aujourd'hui, je m'interroge...

Et s'il avait raison ?

ballon foot

08:52 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

30/11/2008

TRANCHE DE VIE

gravier

Le gravier crisse lentement sous les pas...

Elle: "Tiens, j'ai lu le bouquin de cette fille... Tu sais, celle qui a écrit un bouquin à propos de son expérience d'inscription sur un site de rencontres (NDLR: ...bien connu !). Je suis assez d'accord avec ce qu'elle a écrit...!"


macadam

Le tarmac amortit le bruit des talons...

Moi: "Ah, oui ! J'ai lu ce bouquin. Trop caricatural à mon sens, le trait est forcé, tellement que j'ai des doutes sur la véracité des anecdotes décrites. Et je peux ajouter que je ne suis pas du tout d'accord avec sa vision des choses !"

trottoir

Les talons font un bruit mat sur les dalles en ciment du trottoir...

Elle: "Tu ne vas quand même pas me dire que son expérience n'est pas réelle, hein ? Elle a raison, au fond ! En matière d'amour, tous les mecs sont des salauds !"

crotte

Crotte, zut, flûte ! Et un cadeau canin ! Sal...

Moi: "Ca, c'est typiquement un point de vue... de nana frustrée, sans une once d'objectivité ! Vu du côté mec, je dirais qu'il y a pas mal de s... aussi ! Pour ma part, ça fait 50-50 ou si tu préfères, un but partout, balle au centre !"

trottoir étroit

Le crottoir nous oblige à marcher en file indienne...

Elle: "Mais enfin, tu ne peux pas nier que les mecs sont des fumiers, quand même ! Je te rappelles que je suis bien payée pour le savoir !"

Moi: "Ben, oui, je le nie. Pour ma part, encore une fois, ça fait..."

Elle: "Oui, 50-50 etc, je sais, tu l'as déjà dit ! Mais n'empêche..."

pavés

Les pavés de la petite rue tranquille résonnent sous nos pas...

Moi: "Compte tenu des différences de mode de pensée, la seule chose que je veux bien te concéder est la violence physique. Par contre, sur le plan de la violence mentale ou verbale, c'est kif-kif, une fois de plus..."

limonaire

Le son d'un limonaire nous arrive dans un souffle de vent. C'est vrai, c'est kermesse...

Elle: "Je ne suis pas d'accord. Les mecs sont bien plus..."

Moi: "Bien plus quoi ? Tu peux argumenter, s'il te plaît ? Parce que je te signale que justement, toi et moi, avons assez fait d'expériences, chacun de notre côté, que pour pouvoir dire que, sur le plan de la torsion mentale, mecs et nanas, c'est bonnet blanc et blanc bonnet, non ?"

pizzeria

La porte de la pizzeria sympa (NDLR: et pas chère !) s'ouvre. Nos oreilles sont envahies par la mandoline et les ritournelles d'un chanteur, visiblement italien (à en croire les paroles !).

Le débat s'arrête là ! Nous allons manger ensemble, en devisant du temps qu'il fait, de la couleur du papier des actions Fortis, de la nouvelle cravate de notre Premier sinistre, du bien que procure l'amitié (NDLR: Oui, ça existe ! Même entre sexes soit-disant "opposés").

mousta largo

Aaah ! C'était bien bon ! Allez, zou ! A l'auditorium pour aller écouter Mousta Largo... qui s'avèrera un pur moment de bonheur !

18:47 Écrit par JM dans Réflexions... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |